Portrait d’une création : Les Rêveuses

J'ai eu l'occasion de travailler sur le logo de la petite entreprise Les Rêveuses, mais qui sont Les Rêveuses ? Pourquoi cette création a été spéciale pour moi ? Je vous explique tout cela sans plus attendre.

Qui sont Les Rêveuses ?

Ce sont deux sœurs, Vanessa et Jessica, qui se sont lancées dans la fabrication d'attrape-rêves pour apaiser les nuits agitées de leurs fils, sous le regard bienveillant de trois de leurs proches partis au ciel. Une histoire de famille, de douceur, d’amour et d’élégance. Car les attrape-rêves des Rêveuses ont l’élégance du style bohème et la finesse du fait-main.


Warning: Illegal string offset 'attachment_id' in /var/www/html/wp-content/themes/inez/framework-customizations/extensions/shortcodes/shortcodes/image-and-text/views/view.php on line 15
Vanessa

Comment j’ai croisé la route des Rêveuses ? Excellente question et la réponse est toute simple : Vanessa, comédienne professionnelle, donne des cours de théâtre et j’ai eu la chance d’être son élève. Vanessa c’est une professeure généreuse et ouverte mais également très exigeante, accorde toute son attention au moindre détail. Rien n’est laissé au hasard. Travail, discipline, respect mutuel, honnêteté et plaisir sont ses mots d’ordre.

Quand elle m’a demandé de refaire son logo, j’avoue avoir eu un petit moment où je me suis dit « oh la la… ça promet d’être super mais va-t-elle placer la barre aussi haut qu’en atelier ? ». Mais le challenge fait aussi partie des plaisirs du métier 😊

Jessica

J’avoue ne pas avoir la chance de connaître personnellement Jessica, mais elle m’a fait une confiance aveugle et je l’en remercie pour cela. Même si c’était Vanessa mon interlocutrice pendant ce projet, Jessica a également contribué à la recherche dans la création du logo, ou plus précisément c’est son tatouage qui m’a aidé à trouver le petit élément qui manquait 😊.

Recherches et bavardages

https://www.kimberley-faulkner.fr/wp-content/uploads/2018/09/ben-kolde-725896-unsplash-e1537972746185-900x600.jpg

Je me suis rendue chez Vanessa pour un brief et bavardages de filles (oui, il faut bien un petit peu…hem...). J’ai pu découvrir son monde à elle, celui que je ne connaissais pas mais essentiel à la création de ce logo, j’en étais persuadée.

La déco de sa maison est composée de lignes pures, simples. Couleur dominante : blanc, un mur peint en bleu. Sol imitation parquet (à moins que ce soit du vrai ?) et tomettes, le bois et le métal se côtoient avec harmonie comme l’ancien et le moderne… Au mur, un crâne de buffle sculpté avec d’élégantes arabesques, des petits miroirs en rotin…, cet intérieur est rempli d’informations graphiques… J’adore ! Mentalement, j’ajoute à ces nouvelles informations la trousse que Vanessa apporte au cours de théâtre : dessin aux lignes noires d’inspiration ethnique (Africain je crois), fond blanc ou crème. J’ai ouvert ma boîte de puzzle mental et je commence à le constituer. Je n’oublie pas de noter dans un coin de ma petite tête de linotte que ce logo devra plaire à deux personnes et que Jessica n’est peut-être pas comme Vanessa. Je dois partir à la pêche aux infos.

Le brief : bohême, fait-main et pas forcément pour les enfants… C’est le puzzle mental

Les Rêveuses souhaitent sortir de « l’attrape-rêve pour cadeau de naissance », elles veulent gagner aussi une clientèle adulte. Je bannis alors le rose de cette création qui, culturellement parlant et dans ce contexte, rappellerait trop l’univers bébé. L’idée n’est pas forcément de se démarquer et se montrer originale.

Un logo des Rêveuses existait déjà, il fallait ne pas trop s’en éloigner mais un peu quand même… Vanessa a même dessiné un croquis que voici :

https://www.kimberley-faulkner.fr/wp-content/uploads/2018/09/20180926_172717-1-e1537976535194-350x200.jpg

Elodie, la petite belle-soeur de Jessica est la créatrice du premier logo des Rêveuse. Je tiens à féliciter cette amatrice de dessin dont le graphisme n'est pas le métier pour son joli travail.

Elle m’explique la symbolique particulière pour sa sœur et elle : deux plumes pour les deux sœurs, les quatre points représentent leurs enfants, enfin « les trois perles c’est nos trois étoiles » dit Vanessa avec une très discrète expression qui en dit long… Soudain je repense à ce soir où un texte de Lamartine lu par une autre élève de l’atelier de théâtre l’avait troublée. Je n’ai pas besoin d’en savoir plus, je respecte son intimité et passe à autre chose en ajoutant cette pièce.

Je demande ce que Jessica aime comme design, si elle a un tatouage, un symbole fétiche… « Oui elle a un tatouage ! » « Que penses-tu de l’idée de faire un clin d’œil au tatouage de ta sœur dans le logo ? » je demande. Un petit SMS à la sœur pour demander son avis et hop ! Le puzzle se complète tout doucement.

Le tatouage de Jessica

Vanessa me montre aussi diverses illustrations et le compte Instagram d’une graphiste qu’elle aime bien….

…. Oh ? Une minute… Ces couleurs pastel, ces effets aquarelle me rappellent le logo que j’ai fait pour la fleuriste L’Instant Floral (voir dans la rubrique Portfolio).

Elles ont des styles similaires, tu vas voir que dans deux minutes elle te demande du noir et or.

« Et pour les couleurs, on voudrait du noir et or »

Bingo 😉 ça va me rappeler ce logo sur lequel j’ai adoré travailler !

Nos bavardages nous amènent à discuter de déco et travaux qui n’en finissent pas… « Ah mais, c’est jamais fini rassure-toi ! » plaisante Vanessa « Tu veux voir ma magnifique tapisserie dans le placard des enfants ? » J’ai du mal à croire, d’après la déco du salon, que Vanessa soit du genre à mettre de la tapisserie dans un placard… « Tadaaaam ! » Aaaaah mais en fait c’est le rouleau rangé dans le placard ! Pas encore posé ! Mais au fait… Sur cette tapisserie : des flèches, des tipis, des dessins indiens dans un style très épuré noir sur fond blanc. Bim ! Une autre pièce à mon puzzle

Les voilà mes mots-clés : indien, bohême, flèche, graphique, géométrique. Si j’avais des doutes au début, je suis à présent sûre et certaine de quelle approche graphique je dois adopter pour créer ce visuel.

Je gribouille un premier jet sur un bout de papier un attrape-rêve dont les éléments rappellent ce que Jessica et Vanessa mettent dans les leurs : perles, plumes, tresses… L’idée de décomposer l’anneau de l’attrape-rêve en deux flèches me vient alors.

Plus tard, je montre à Vanessa des illustrations que j’ai pioché au cours de mes recherches pour m’inspirer.

La grosse truffe, l'Ipad et Illustrator

Catastrophe !! Je ne le trouve plus ! Pas moyen remettre la main sur le croquis ! Quelle nouille ! Quelle grosse truffe ! Couille d’âne ! Restons zen, comme dirait Zazie, et reprenons. Cette fois, je gribouille sur l’Ipad ! Vive la technologie, le cloud et les sauvegardes automatiques !

Je gribouille un attrape-rêve tel que je me souviens l’avoir fait, je ne suis que graphiste ma mémoire n’est pas infaillible.

https://www.kimberley-faulkner.fr/wp-content/uploads/2018/09/20180926_192530-900x600.jpg

Je montre le nouveau croquis à Vanessa. « C’est pas complètement ça, tu avais fait un truc plus simple, j’ai adoré ».

Je décide de laisser mon Apple Pencil de côté pour cette fois et de passer sur Illustrator. D’habitude, le fait de tenir un crayon (ou le Pencil) m’aide à démarrer, j’ai l’impression que ma créativité est accrue. Alors je commence sur papier ou sur Ipad et ensuite je passe sur Illustrator (logiciel bien plus performant que ses confrères sur Ipad, mais aussi bien plus cher…) Pour ce logo, avec mon Pencil je me sentais plutôt coincée.

WhatTheFont et Twitter

Vanessa et Jessica signent les photos de leurs créations via une application mobile par « Les Rêveuses by Vanessa » ou « Les Rêveuses by Jessica » comme sur la photo ci-dessous. On peut voir deux typographies différentes.

« Vanessa, c’est quoi le nom de tes typos ? Et si tu pouvais me les envoyer ça serait parfait.»

« Ben, je sais pas c’est des typos installées sur mon téléphone et je sais pas comment te les envoyées. »

C’est pas grave, il y a WhatTheFont ! Une application qui utilise l’appareil photo du téléphone pour scanner une typographie pour retrouver son nom et pouvoir l’acheter ou la télécharger. J’ai donc sorti mon arme secrète (qui ne l’est plus tellement à présent). Il s’avère que « Les Rêveuses » c’est la Simplo mais pas moyen de trouver celle de « by Vanessa ». Je fais appel à la communauté de Twitter :

Encore merci à Thomas Dufranne (@mrsize) pour son aide si précieuse <3

Donc un conseil : quand vous ne savez pas et que vous avez passé un brave moment à chercher n’hésitez pas à poser votre question. Même si elle vous semble idiote ! 😉

En noir et doré

Ah ! Les logos noir et doré ! On en voit de plus en plus, c’est très classe, ça fait chic dans trop chichi. J’aime bien, les clients aussi (surtout les clientes) mais… leurs porte-monnaie aiment beaucoup moins. L’encre dorée coûte très cher et tous les imprimeurs ne la font pas. J’ai donc proposé à Vanessa une astuce toute simple : une image de texture dorée incrustée dans les formes où elle souhaitait la couleur. Il se trouve qu’elle voulait que le doré soit dans les perles qui représentent ses étoiles… Cette astuce c’est le masque d’écrêtage.

Je ne vais pas entrer dans les détails techniques pour ne pas perdre les lecteurs non graphistes, donc pour la faire courte le principe d’un masque d’écrêtage consiste à utiliser la superposition de calques. Imaginez que vous avez deux feuilles de papier : une colorée, l’autre blanche. Sur la blanche vous avez dessiné une forme, un rond par exemple. Vous coupez votre rond pour faire un trou, puis passez la feuille de couleur sous la feuille blanche. Vous voyez alors apparaitre la feuille colorée dans le trou de la feuille blanche. Un masque d’écrêtage fonctionne sur le même principe… quoi qu’un tout petit peu plus complexe 😉.

Une autre astuce consiste à incruster des paillettes au moment de l'impression, mais là aussi c’est très cher.

 

Assembler les pièces du puzzle

 

Je l’ai évoqué plus haut, pour moi une création de logo c’est comme un puzzle que je dois constituer. On croit à tort d’un logo ce n’est qu’un dessin. C’est bien plus que cela, c’est la base de toute la charte graphique d’une entreprise, la première chose qu’un client voit quand il découvre une entreprise. Il est donc primordial que le logo reflète la personnalité et les valeurs de l’entreprise et/ou de son gérant.

Les Rêveuses c’est la douceur, la qualité, le chic et la simplicité à la fois, le fait-main, la tendance. Il leur fallait donc un logo en apparence simple, aérien, avec leurs symboles et parfaitement équilibré. J’ai eu envie de faire un logo qui pourrait être accroché au mur comme leurs attrape-rêves. Et au bout de deux jours de dessin…

  • Les quatre points qui représentent les enfants en haut à droite comme les bagues qu’elles mettent sur certains de leurs modèles.
  • Les perles en doré (masque d’écrêtage 😉 )
  • Les deux plumes à pointe noire pour Vanessa et Jessica
  • Les polygones pour rappeler le tatouage de Jessica
  • Les flèches pour le style indien et pas faire un rond plein
  • Une plume et une perle comme celles qu’elles utilisent
  • Des rappels de nombre 2, 3 et 4 pour l’équilibre (souvenez-vous : 2 sœurs, 3 bonnes étoiles et 4 enfants)

Aujourd’hui, je trouve que ce logo ressemble à leur gamme Dream Word :

La carte de visite, le petit clin d’œil

Pour la carte de visite, format carré l’idée de Vanessa et Jessica était de faire de leur carte de visite un bel objet et non pas un simple bout de papier sur lequel est écrit un numéro de téléphone.

J’ai repris le dessin initial de Vanessa pour l’utiliser comme séparateur. En haut : les informations générales (Qui sont-elles ? Que font-elles ?) et en bas les coordonnées.

Comme c’est un dessin qu’elle a fait elle-même il a son âme à elle, sa pâte…  Bref il lui ressemble et c’est ça que je cherchais à faire dans cette création

Les cartes de visite ont été imprimées :

Ma conclusion

Découverte d’un style nouveau pour moi, je me suis presque suralimentée graphiquement, mais j’ai adoré ! J’ai découvert autant de lignes pures que de motifs complexes, ça m’a donné envie d’en faire juste pour moi.

J’ai découvert également ma capacité à cerner quelqu’un. Je me suis surprise moi-même à piocher des infos dans des conversations qui n’avaient rien à voir avec le sujet des Rêveuses et faire sortir dans la création visuelle. J’ai vraiment touché du doigt l’aspect psychologue de mon métier dans le sens où on doit identifier LE truc qui fait vibrer le client.

Parce qu’elles le méritent

Je vous invite à découvrir le monde des Rêveuses, entre douceur et authenticité, sur leur site les-reveuses.fr et parce qu’elles ont chacune leur style, leurs pages Facebook respectives : Les Rêveuses by Jessica et Les Rêveuses by Vanessa. Leurs créations sont aussi sur Instagram.

Et s’il vous prend l’envie de leur passer une commande, faites-leur un petit coucou de ma part 😉 .

©Kimberley Faulkner - Graphiste 2018